Le nord de l’île de Fuerteventura recense de nombreux endroits à visiter, des lieux d’intérêt archéologique, des espaces naturels d’une grande beauté et étendue, des sculptures dédiées à Miguel de Unamuno et des métiers de la mer, une architecture civile, militaire et religieuse… autant d’attraits qui retracent l’histoire du village de La Oliva.

 

Sites d’intérêt archéologique

« La commune recense les pétroglyphes podomorphes de la montagne de Tindaya et plusieurs ensembles constitués de restes de constructions, de cavités habitables, de grottes funéraires et de « concheros » (accumulation de coquillages).
Les gravures aborigènes des ravins de Tinojay et El Cavadero, sur la côte orientale de la commune, présentent aussi un grand intérêt. »

 

Espaces naturels

14,2% de la superficie de la commune est protégé par des espaces naturels.
Le Parc Naturel de Corralejo et de l’Islote de Lobos comprend un vaste champ de dunes, un secteur de malpais et un cône volcanique dénommé Montaña Roja (Montagne Rouge).

Le Monument Naturel du Malpais de la Arena surgit il y a 10 000 ans environ suite à des éruptions volcaniques qui ont façonné un paysage d’une grande beauté. Dans la zone surnommée Mascona, à Lajares, on remarque le cône volcanique de Calderón Hondo, de base circulaire et environ 70 mètres de profondeur.

 

Monuments

À Tindaya se trouve le Monument dédié à Miguel de Unamuno. Plusieurs zones de la commune arborent des sculptures, notamment à El Cotillo et Corralejo, avec une mention spéciale pour les figures en hommage aux Métiers de la Mer.

 

Architecture civile

La Casa de los Coroneles (Maison des Colonels) est la plus importante construction d’architecture domestique de l’île et l’une des plus intéressantes des Canaries. Ses fonctions complexes en ont fait un centre de pouvoir administratif, militaire, économique et social.
À quelques mètres on peut voir la Casa de la Capellanía (Maison de l’aumônerie), qui arbore une intéressante façade blanche en pierres de taille décorée avec des motifs végétaux. La « Cilla » de La Oliva date du début du XIXème siècle. Les « cillas » sont des constructions dans lesquelles l’église stockait les produits qui lui revenaient des dîmes et des redevances de ses propriétés. Ce lieu accueille actuellement un Musée du Grain.
Les moulins et les foursà chaux qui abondent dans toute la commune sont des vestiges de l’économie passée, d’autres modes de vie.

 

Architecture religieuse

À La Oliva, il convient de remarquer l’Église de Nuestra Señora de Candelaria. Cette œuvre mudéjare et populaire de la fin du XVIIème siècle présente des formes particulières de la région et de la Renaissance dans son support et sa façade.

La plupart des ermitages que l’on peut contempler aujourd’hui datent du XVIIIème siècle. L’ermitage de Ntra. Sra. del Buen Viaje, à El Cotillo, est le plus ancien. Les ermitages de Villaverde, Tindaya, Vallebrón et probablement les premières étapes de la construction de l’ermitage de La Caldereta datent du XVIIIème siècle.

 

Architecture militaire

La Tour de Ntra. Sra. del Pilar y San Miguel se dresse à El Cotillo. Cette construction avait pour fonction principale de protéger la côte contre les attaques des pirates. Elle date de la moitié du XVIIIème siècle et est classée Monument historique d’Intérêt culturel depuis 1949.




Idées pour le voyage

Empreintes de légende

Un excellent guide pour sillonner les sentiers de La Oliva. Volcans, plages, histoire et bien plus.

- En savoir plus -



La météo à La Oliva